ANNE SOPHIE BILLET

10 ans. C’est l’âge que j’avais lorsque mes parents ont subitement décidé de quitter le Nouveau Monde, nous embarquant mon frère et moi sur le vieux continent.  Une boucle décennale semble m’habiter car quelque chose m’attire de nouveau vers cette ville américaine de mon enfance.

Je reconnais tout : le cimetière où repose mes grands-parents, le lac, l’atmosphère paisible de la campagne et pourtant, j’en ai des frissons, des frissons de panique. Je sens que quelque chose rode, quelque chose de malsain, de dangereux, une chose contre-nature. Je ne sais pas vraiment où j’ai mis les pieds jusqu’à ce que les masques tombent, les uns après les autres, révélant un monde caché, monstrueux et magique. Il y a le bien et il y a le mal… Non, en fait, ce n’est pas aussi simple. Il y a du gris aussi, énormément de gris. Sans parler de ce bout de papier, ce vieux bout de papier sur lequel mon avenir est écrit à l’encre indélébile. Mais suis-je assez forte pour réussir ? Ai-je en moi le sens du sacrifice ? J’ai peur, peur de ne pas y arriver, peur de ne pas en avoir envie. En fait, j’ai peur de cette envie de fuir qui me déchire les entrailles… .